La sauvegarde, hygiène essentielle de la vie numérique

Par Olivier Fontenelle - Catégories: Généralités, Sauvegarde, Utilisateur expert
Léger...Bof !Pas mal !Bien !Top ! (No Ratings Yet)
Loading...
Ajouter un commentaire

Tout le monde a un jour entendu une des nombreuses histoires d’horreur sur la perte de données, qu’elles soient professionnelles (je me suis fait voler mon PC portable dans ma chambre d’hôtel pendant un séminaire) ou personnelles (tiens, mon disque dur a crashé et toutes les photos numériques du petit dernier étaient dessus).

Pour n’en développer qu’une, on me racontait il y a quelques années l’histoire de cette société, en Angleterre, qui se fit un jour cambrioler : les voleurs partirent non seulement avec tous les ordinateurs (postes de travail comme serveurs) mais aussi avec les bandes numériques qui contenaient les sauvegardes de ces machines — imprudente, la société les conservaient toutes sur son site principal. Résultat des courses, cette société s’est brutalement retrouvée sans aucune de ses données : il s’agit de rien d’autre qu’une éradication pure et simple.

Alors, qu’il s’agisse d’une légende urbaine ou d’une réalité avérée importe peu : la leçon à tirer est qu’aujourd’hui, il devient essentiel de se prémunir de la perte de ses données, importantes autant par leur contenu (mes photos numériques, mon document de travail…) que par leur volume — selon une étude récente, il aurait été généré en 2006 plus de 160 milliards de Go de données !!

Je vais donc essayer de décrire les quelques contraintes auxquelles doit répondre un système de backup de données personnelles tel qu’on peut le concevoir en 2007 :

  • permet de sauvegarder les données de plusieurs machines
  • est facile d’emploi et non intrusif
  • garantit l’intégrité physique de mes sauvegardes
  • est fiable dans le temps
  • est raisonnablement économique (ou cher, au choix ;-))

De manière plus explicite, voici une description de ce que recouvrent ces différentes fonctionnalités.

Permet de sauvegarder les données de plusieurs machines
On commence par un prérequis facile : j’ai un PC fixe, un portable professionnel, un MacBook… je veux donc pouvoir gérer le cas de figure « multi-machines ». Il ne s’agit presque que d’une question de capacité de stockage, et à une centaine d’euros le disque de 400 Go, je me sens à l’aise !

Pour compliquer un peu la donne, on peut imaginer que j’ai du Windows, du Linux et du Mac à sauvegarder. Là encore, a priori rien d’insurmontable même si en première analyse, peu de systèmes de fichiers offrent le triple accès Win / Linux / Mac.

Conclusion : mon système de backup idéal permet de sauvegarder plusieurs machines, quel que soit leurs systèmes d’exploitation.

Est facile d’emploi et non intrusif
Depuis quelques temps, j’ai un disque USB / Firewire justement pour effectuer mes sauvegardes. Ca marche nickel, à un détail près : le disque reste souvent dans le placard parce que c’est encombrant, c’est casse-pieds de sortir le disque, le câble d’alimentation, le câble Firewire et de brancher tout ça sur la machine à sauvegarder, et en plus Madame trouve ça moche (et elle a raison).

Résultat des courses, je m’en sers de manière irrégulière, et le jour où j’en ai eu besoin — quand le disque dur de mon portable professional a crashé, il y a un an — le backup le plus récent avait près d’un mois de fraîcheur… autant dire un mois de documents et d’archives mail perdues 🙁

Conclusion : mon système de backup idéal est tellement facile à mettre en oeuvre que je ne me pose plus la question avant de lancer une sauvegarde, et peut-être même que celle-ci est automatisée dès que je suis connecté au réseau.

Garantit l’intégrité physique de la sauvegarde
C’est un cas d’utilisation auquel les gens qui font des sauvegardes ne pensent pas fréquemment : que se passe-t-il si mes backups sont tous stockés juste à côté de mon PC et que cet endroit est cambriolé ou est ravagé par un incendie ?

Très vraisemblablement, le backup part avec le PC et l’écran plat… adieu mes chères sauvegardes, et surtout, adieu mes précieuses données comme l’ensemble des photos de ma fille depuis sa naissance — qui sont exclusivement en numérique.

Conclusion : mon système de backup idéal permet de conserver une sauvegarde de mes données en cas d’atteinte à l’intégrité physique du lieu de stockage usuel.

Est fiable dans le temps
La solution classique du backup, c’est le CD / DVD qu’on grave de temps en temps… or ce procédé pose plusieurs problèmes :

  • Le volume de données commence à nécessiter un nombre de disques important, ce qui est peu pratique à l’usage (autant à la sauvegarde que le jour où il faut parcourir des dizaines de DVD pour retrouver un fichier précis)
  • Personne n’est aujourd’hui capable d’estimer la durée de vie d’un CD, au sens de la résistance physique du substrat au temps — sans même évoquer les autres problèmes d’intégrité évoqués précédemment. A titre d’exemple, une de mes sauvegardes sur CD datant de 2002 s’est avérée illisible il y a quelques mois… OK la marque du CD était loin d’être le top en matière de résistance mais tout de même, 4 ans, c’est incroyablement court !
  • Personne n’est capable de dire si le format de gravure utilisé et aujourd’hui courant sera toujours lisible dans 15 ou 20 ans, i.e. est-ce qu’il sera encore possible de trouver un lecteur de DVD+R en bon état de marche ? Le consensus actuel est que le format le plus « sûr » aujourd’hui est le CD-R classique car il n’y pas d’innombrables variantes comme c’est le cas pour le DVD. Dommage, c’est aussi le plus faible en termes de capacité… vous vous imaginez sauvegarder 10 ou 20 Go de données sur des disques de 650 Mo tous les mois ?

Conclusion : mon système de backup idéal est robuste dans le temps et permet de garantir la fiabilité des sauvegardes, la possibilité d’y accéder dans le futur et éventuellement de détecter rapidement un problème sur le support.

Est raisonnablement économique
Là, le raisonnement est simple : je préfère investir dès aujourd’hui une somme adéquate, pour m’assurer que mes données personnelles sont sauvegardées en lieu sûr, plutôt que de me lamenter demain sur ce que j’aurai perdu.

Encore une fois, il ne s’agit pas de ma dernière lettre aux impôts mais bien d’informations personnelles importantes comme des photos, de la musique, des vidéos (caméscope numérique anyone ?) ou encore mon génial business plan qui va tout arracher 😉

Conclusion : le système de backup idéal mérite un investissement financier à la hauteur de l’enjeu, qui peut être financier ou affectif — et généralement les deux.

Où ceci nous mène-t-il ?

Toutes ces contraintes ou fonctionnalités souhaitées commencent à dessiner la physionomie de ce fameux système de backup idéal — en fait, j’ai déjà trouvé la réponse et suis en train de la mettre en place ! Réponse et description dans un prochain épisode 😉

Et vous, comment répondriez-vous à ces contraintes ?

No tags for this post.

3 commentaires to “La sauvegarde, hygiène essentielle de la vie numérique”

  1. Thomas a écrit:

    J’adhère 100% à la specification

    pour ma part, le meilleur compromis que j’ai trouvé est un disque ethernet branché sur routeur et donc accessible aux différents ordinateurs (Maxtor 250 Go, avec possibilité d’y rajouter une extension via port USB ou firewire).

    L’intéret est qu’on peut le planquer. Par contre il reste allumé en permanence, pas super pour la planète 🙁

    Il me reste à trouver une solution automatisée pour les sauvegardes.

    Bravo pour le principe de ce blog, et bon courage

  2. Technomestique » Disques externes: NAS ou USB ? a écrit:

    […] nous alertait dans un précédent article sur l’importance des backups. Avant de dévoiler une approche originale de sauvegarde sur ce […]

  3. Technomestique » Blog Archive » La meilleure stratégie de backup du monde ? a écrit:

    […] nous a décrit dans un précédent article les éléments à prendre en compte dans une stratégie de backup […]

Laissez un commentaire

WP Theme & Icons par N.Design Studio. Hébérgé par Norjane 5
RSS (articles) RSS (commentaires) Connexion