Un domaine en .tel pour quoi faire ?

Par Sylvain - Catégories: Internet, Nom de domaine
Léger...Bof !Pas mal !Bien !Top ! (3 votes, average: 4,67 out of 5)
Loading...
Ajouter un commentaire

Mardi dernier était ouvert au public sans limite la nouvelle extension « .tel ». Pour une fois, il ne s’agissait pas d’une extension « classique » comme les très à la mode .me ou .asia, mais bien d’une véritable innovation sur le web.

En effet, les domaines en .tel ne permettent pas d’herberger un site Internet mais de publier ses informations de contact (email, numéro de téléphone, adresse, et même géolocalisation). Voir par exemple cette adresse de démonstration http://emma.tel

En fait l’extension .tel permet concrètement de publier « SON » annuaire page jaune personnel, un annuaire sur lequel on a le contrôle complet : on ne diffuse que ce que l’on veut, et on met à jour quand on veut. Bien entendu, l’idée à terme n’est pas que ces domaines .tel soient utilisés en navigation classique depuis un navigateur Internet ; ils vont plutôt être intégrés à des logiciels d’emails, de contacts, d’instant messaging, etc, à la fois depuis des ordinateurs, mais aussi et surtout depuis des téléphones portables.

Exemple concret : je suis sur mon Blackberry, et je veux envoyer un mail ou téléphoner à Olivier. Aujourd’hui évidemment j’ai saisi Olivier, son email, son téléphone etc dans mes contacts. Mais s’il change d’email ou de téléphone, il faut qu’il m’en avertisse. Avec le .tel, mon Blackberry (ou iPhone, ou smartphone ou PC etc) peut en fait aller requêter l’adresse olivier.tel pour obtenir en retour son email ou son téléphone forcément à jour (car sous son contrôle) et me proposer d’appeler son mobile, son numéro à la maison, ou encore son skype-in (selon ce qu’Olivier aura renseigné dans le système).

Concrètement, comment ca marche ?

D’abord il faut acheter le nom de domaine (par exemple chez OVH ou Gandi). Le prix est entre 9 et 16 euros par an, selon les fournisseurs (pour les noms de domaines on parle de « registrars »). Une fois le nom déposé, le registrar vous fournit un login/password pour administrer les données que vous souhaitez publier, via une interface développée par la société qui gère cette extension, Telnic.

Vous voilà ainsi en mesure de choisir si vous souhaitez publier tel email, tel identifiant skype ou ebay, l’adresse de votre page web, le métier et la société dans laquelle vous travaillez, ou encore votre localisation. Vous pouvez bien entendu définir des « profils » pour stocker par exemple d’un côté vos coordonnées personnelles, et d’un autre vos coordonnées professionnelles.

Il y a également un intéressant mécanisme de « sous-domaines » qui sont autant d’entrées secondaires dans l’annuaire et qui peuvent être utilisées de toutes les façons imaginables. De manière très simple, on peut donc avoir un point d’entrée pour chaque membre de la famille (sous la forme albert.dupont.tel et marie.dupont.tel), pour chaque département de la société (marketing.worldcompany.tel), etc.

D’un point de vue technique, pour ceux que cela intéresse, il faut savoir que les données sont stockées sous forme d’enregistrement DNS de manière cryptée, c’est-à-dire directement dans le système qui fait la correspondance entre un nom de domaine comme technomestique.com et l’adresse IP du serveur qui l’héberge. Ceci a plusieurs intérêts, notamment d’être accessible de manière simple et universelle, et d’être très rapide. Pour en savoir plus, voir la FAQ technique de Telnic.

screenshot_tel

Exemple de domaine .tel, visualisé sous un navigateur Web. Bien entendu l’intérêt du système c’est que si je tape tartempion.tel depuis mon téléphone portable, il ne me propose que la liste des numéros de téléphones pour que je puisse lancer un appel

Est-ce que mes données sont protégées ?

Là encore, Telnic a prévu le coup ! Par défaut, les données entrées sur le panneau de contrôle peuvent être publiques ou privées et seules les données publiques sont visibles. Pour accéder aux données privées, il faut utiliser une autre « application » appelée Telfriends, qui est une sorte de réseau social intégré au système .tel : chaque personne que vous ajoutez comme « ami » (exactement comme sur Facebook !) pourra avoir accès à vos données privées…

Et bien entendu, il est possible de demander à devenir un ami d’une personne directement depuis son site .tel !

Il faut reconnaitre encore des défauts de jeunesse au système telfriends, notamment dans la gestion des identifiants qui ne sont pas très « user friendly » (« telusr167785 veut être votre ami… » Ah bon ? mais c’est qui ça ?).

Est-ce vraiment utile ?

En fait on ne sait pas encore 🙂

Tout dépendra en réalité de l’adoption de ce standard par ceux qui développent des logiciels, principalement sur téléphones et smartphones. Dans l’absolu, il peut s’avérer très pratique de disposer d’un annuaire toujours à jour, et que chaque individu puisse contrôler les infos de contact qu’il souhaite communiquer à un instant donné. Donc il est encore prématuré de savoir si le .tel va être adopté et si son utilisation va se répandre. On peut donc conseiller d’attendre, sauf que bien entendu c’est prendre le risque que son .tel soit préempté par un autre (il n’existe qu’un seul martin.tel par exemple… ).

Mon conseil: vous avez un nom répandu ou une entreprise n’hésitez pas déposer le de façon préventive, même sans l’utiliser tout de suite. Vous avez un nom plus rare, peut-être pouvez-vous attendre quelques mois pour voir comment ça prend… Mais naturellement, il suffirait qu’un Apple ou un Nokia ajoute nativement la fonctionnalité dans ses téléphones pour que cela change la donne et prenne très vite… vraisemblablement néanmoins, il faudra que le système atteigne une certaine base installée et une certaine masse critique avant que cela ne se produise !

Chers lecteurs, faites vos paris — ça ne vous coûtera finalement que quelques euros par an !

3 commentaires to “Un domaine en .tel pour quoi faire ?”

  1. Vonric a écrit:

    Cela part d’une bonne idée (le fait de pouvoir télécharger en vCard permet de le mettre directement dans son mobile). C’est toujours une plaie lorsqu’on a perdu des coordonnées de les retrouver. Bon, en France il y a les pages blanches (que je trouve excellentes). Mais il y a tous ceux qui ne disposent que de mobiles, ou sont sur liste rouge. A l’étranger, il faut connaître l’annuaire en ligne… pas forcement adéquate comme en Angleterre ou vous n’êtes enregistrés que si vous êtes chez BT (et vu la catastrophe du service et les offres triple-play, c’est de moins en moins le cas).

    Mais en fait, au vu des possibilités, l’inconvénient immédiat est… le SPAM. Laisser ces coordonnées sur Internet, c’est pour moi la porte grande ouverte, même un provocation, un appel au Spam !

    Bon, sinon ça me rappelle le billet d’Eric Dupin sur la gestion de l’identité numérique:
    http://www.presse-citron.net/la-gestion-de-lidentite-numerique-commence-au-berceau

  2. Olivier Fontenelle a écrit:

    En fait, pour éviter le SPAM, je n’ai mis aucune adresse mail en accès public, seuls mes « amis » qui s’inscrivent sur TelFriend y ont accès…

    Mais c’est vrai que c’est un risque.

  3. gautier a écrit:

    Ceci dit, les filtres anti spams de gmail par exemple sont bien foutus et je n’ai quasiment aucun spam dans mon inbox.

    Et puis on en reçoit déjà non ?

Laissez un commentaire

WP Theme & Icons par N.Design Studio. Hébérgé par Norjane 5
RSS (articles) RSS (commentaires) Connexion